Comment créer un e-book ? 7 étapes pour concilier le fond et la forme

De plus en plus de sociétés  cherchent à produire des livres blancs attractifs, ce qui signifie généralement, si j’écoute mes clients, « pas trop pénibles à lire ». Je leur propose dans ces cas-là de réaliser un e-book, que je définis comme étant un livre blanc lisible à l’écran, organisé en parties qui tiennent sur une page. Ce qui permet une lecture plus séquentielle, une mise en forme plus originale (format paysage par exemple, pour la lecture à l’écran) et plus aérée, une insertion plus aisée des citations, interviews et cas concrets, et une mise en valeur des schémas et des illustrations.  

Il faut veiller toutefois à ne pas tomber dans un format tellement attractif qu’il ressemblerait plus à une plaquette commerciale qu’à un livre blanc. Le fond doit rester neutre, orienté partages d’expériences et de bonnes pratiques. Ce format e-book convient bien pour des livres blancs du type « 5 raisons de modifier votre gestion de… », «  8 points clefs pour améliorer votre… », « Les 7 secrets des … qui réussissent à … ».

La méthodo Niouzeo

Après quelques expériences plutôt fructueuses (mais parfois consommatrices de temps), voici les étapes que je conseille pour créer un e-book :

  1. Elaborer tout d’abord avec le client un plan très précis et se mettre d’accord sur le style du texte et la longueur de chaque chapitre, en rappelant qu’il s’agit ici de rester concis.
  2. Définir dès le départ le type de mise en forme (format A4, A5, portrait, paysage, nombre de pages…), en cohérence bien sûr avec la longueur estimée du document, et lister les illustrations/ citations/cas qui pourront être insérés pour appuyer les idées développées.
  3. Au moment de la rédaction, utiliser un template pour contrôler tout de suite la longueur des textes. Prévoir un peu de marge, car e client peut avoir de nouveaux arguments à ajouter, une fois la première version en mains (même si le plan était précis…).
  4. Rédiger chaque bloc de texte en gardant en tête qu’il peut être lu seul, éviter donc les transitions d’une partie à l’autre. Cela permet de déplacer facilement un argument d’une partie à l’autre.
  5. Envoyer au client, dans un premier temps, le texte brut, pour valider les idées exprimées, avec éventuellement une page mise en forme dans le template défini, pour qu’il se rende compte du rendu final.
  6. Au moment des corrections / modifications, ne pas jongler entre deux versions (texte brut / document mis en forme), c’est le meilleur moyen pour oublier de reporter une modification d’un document à l’autre.
  7. Passer la main à un graphiste une fois les textes validés, il fera du template « correct », un document beaucoup plus pro et attractif.

La rédaction d’un e-book, même si celui-ci s’avère moins long au final qu’un livre blanc classique, ne prend pas moins de temps, car les ajustements et allers et retours entre le fond et la forme peuvent être nombreux. Mais si l’e-book permet d’assurer un meilleur taux de lecture, ce serait dommage de s’en priver !

[tweetmeme source= »niouzeo »]Et vous, avez-vous créé des livres blancs / e-books / contenus attractifs récemment ? N’hésitez pas à me les envoyer, je sélectionnerai les meilleurs et ouvrirai une rubrique sur ce blog pour les présenter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s