Community Manager BtoB : la perle rare

Le besoin se fait vite sentir : vous avez ouvert un blog et vous souhaitez mieux le promouvoir, vous voudriez tirer parti de votre compte Twitter (et accessoirement l’alimenter plus souvent), vous aimeriez être plus présent dans les groupes de discussions de LinkedIn et Viadeo. Mais votre agenda n’est pas extensible, et vous n’êtes pas certain de maîtriser toutes les subtilités des réseaux sociaux.

Bref, vous avez besoin de quelqu’un qui puisse surfer des heures sur le web pour diffuser et recueillir l’information qui permettra de développer votre notoriété, voire de récolter des leads.

Les tâches du Community Manager

Le poste de Community Manager n’est pas défini de la même façon dans tous les secteurs mais sa principale mission est admise par tous : il doit fédérer les communautés et développer la visibilité de l’entreprise sur le web. L’animation des communautés, en BtoB, aura une importance moindre, compte tenu de la difficulté à faire réagir les lecteurs, mais cela évolue, en particulier avec les réseaux sociaux, où les contacts se dévoilent plus facilement que sur un blog, par exemple.

Selon le métier de l’entreprise et les outils web en place, le community manager sera chargé de :

–       Alimenter le blog (écrire/ valider/ publier, selon le degré de complexité du thème du blog)   et modérer les commentaires

–       Promouvoir les contenus de l’entreprise sur les réseaux et portails professionnels

–       Alimenter et animer les comptes Twitter, LinkedIn, Viadeo, voire Facebook

–       Surveiller les discussions où l’entreprise ou ses produits pourraient être évoqués

–       Créer des liens avec les blogs et sites en relation avec le métier / l’expertise de l’entreprise

–       Développer et animer la communauté de partenaires, experts, fans, clients, prospects…

–       Signaler les informations intéressantes détectées lors de sa veille

–       Effectuer le reporting de ses actions et de leur influence sur la présence web de l’entreprise

Trouver la perle rare

En BtoB, le profil du Community Manager doit pour moi présenter 3 facettes :

–       Technique : une réelle aisance sur le web, une connaissance approfondie des réseaux sociaux, un usage quotidien des outils de veille, d’alertes et de toutes les applications qui facilitent l’utilisation des réseaux sociaux.

–       Communication : une parfaite maîtrise de l’écriture web et la capacité à faire passer les messages de l’entreprises avec un ton adapté au web et aux RS.

–       Intégration : une excellente connaissance de l’entreprise, pour pouvoir délivrer les bons messages à l’extérieur, et surtout relayer les informations aux bonnes personnes en interne, lorsqu’un support est nécessaire pour apporter une réelle valeur dans les conversations.

Aujourd’hui, les Community Managers se trouvent en grande partie dans les entreprises BtoC, où le rôle d’animateur de communauté est plus développé, et où la connaissance technique des produits est un enjeu moindre. Il n’est donc pas rare de voir des Community Managers stagiaires, voire externalisés. (voir cette étude récente du profil du community manager, qui liste notamment les qualités principales requises pour ce poste)

En BtoB, le poste est plus stratégique qu’il n’y paraît. Les entreprises ont souvent le réflexe de le confier à un jeune stagiaire qui sera a priori plus à l’aise avec les réseaux sociaux. Mais les entreprises BtoB qui commercialisent des produits complexes doivent comprendre que le Community Manager a un rôle d’ambassadeur, et qu’il doit donc bien connaître l’entreprise, ses produits et son fonctionnement pour avoir un rôle efficace sur le web et au sein des communautés.

Pour justifier un temps complet, pourquoi ne pas lui confier la rédaction des contenus ? Rédacteur/ animateur de blog + promoteur des contenus + créateur de liens avec les communauté d’experts = un rôle stratégique qui aura de réelles répercussions sur la présence online de l’entreprise.

Le community manager peut-il détecter des leads ?

[tweetmeme source= »niouzeo »]Si vous doutez que l’écoute des conversations puisse générer des leads, lisez ce témoignage d’IBM qui explique sa stratégie sur les réseaux sociaux et son retour sur investissement très concret grâce aux affaires détectées.

8 réflexions au sujet de « Community Manager BtoB : la perle rare »

  1. @ CWM Consulting : c’est vrai, la tentation est grande de lui confier tout ce qu’on n’a pas le temps de faire sur le web.

    En tout cas, j’ai la preuve que le community manager est en veille permanente : 15 tweets de cet article en 3 heures. (pour mon blog, c’est un record !)
    Merci à mes lecteurs (je n’ose encore dire « ma communauté »… 🙂 )

  2. Bonjour Stéphanie, merci pour cet article qui pointe le viseur sur une tendance qui se met en place : la spécialisation des community managers.

    « Le community manager peut-il détecter des leads ? » Cela revient aussi à repenser le département Vente ou Développement Commercial. Quelle intégration effective des médias sociaux ?

    Par ailleurs, on aurait un éclatement par niche BtoB et une plus grande diversité de community managers.

    Voici un début de réflexion entamé sur le blog auquel je contribue, qui reprend le challenge de la spécialisation et de la diversité des profils.

    http://www.doppelganger.name/2010/01/tu-es-community-manager-cest-dire.html

    Cordialement

    Lilian

  3. Bonjour,

    Merci pour cet article. A titre professionnel, j’ai surtout accroché sur l’idée de détecter des leads, le community manager peut aussi être une sorte de découvreur… vous me donnez envie de creuser cette notion.

    Concernant la dimension stratégique, elle existe autant en BtoC que BtoB, c’est plutôt affaire de maturation de la culture d’entreprise… certaines prendront un tout junior pour « parler dans le micro » comme dit avec beaucoup d’humour Bertrand Duperrin, d’autres sauront prendre conscience qu’il ne s’agit pas de savoir parler pour avoir une véritable stratégie conversationnel et que parfois la connaissance outil ne suffit pas et Facebook n’est pas une fin en soi.. même lorsque l’on s’adresse à ses Consommateurs.

    J’ai eu la chance de réaliser plusieurs interviews auprès de gens passionnants qui ont mis en place des stratégies communautaires BtoC ou BtoB et si le coeur vous en dit je vous invite à lire l’ouvrage que j’ai co-écrit avec Sylvain Guéguen et Benoit Faverial paru aux éditions Diateino. Vous y trouverez parmi d’autres choses cette idée que la stratégie n’est pas question de clivage BtoC ou BtoB mais plutôt affaire de maturité.

    Si vous voulez plus d’informations :
    http://lescoulissesducommunitymanagement.com

    Merci encore pour votre article qui me fait retrouver dans les commentaires des gens de grandes qualités.

    A très bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s