Emailing : pour améliorer votre délivrabilité, purgez vos bases !

J’ai assisté à plusieurs conférences très intéressantes sur le salon e-commerce la semaine dernière. L’une d’elles, animée par MailPerformance, traitait du délicat sujet de la délivrabilité des e-mails. Un de leurs clients, surinvitation.com, témoignait à cette occasion et nous faisait partager des chiffres impressionnants.

 Pour Jérôme Laplace, le directeur technique de MailPerformance, les enjeux de la délivrabilité sont considérables : perte de clients, de revenus, augmentation des coûts de surveillance, indicateurs faussés… Il devient de plus en plus nécessaire de faire appel à un professionnel qui met en œuvre toutes les techniques, mais aussi les ressources humaines indispensables pour diagnostiquer les problèmes, gérer les relations avec les FAI et comprendre les évolutions qui ne manquent pas d’affecter ce domaine, les spammeurs faisant preuve d’une imagination débordante. 

Aujourd’hui, la notion de réputation prend de plus en plus d’importance dans les critères de détection des spammeurs. Ce concept repose sur un score donné à l’adresse IP, et qui se calcule selon le taux de NPAI (à maintenir < 8 à 10%), le nombre de spamtraps adressés (ceci désigne des adresses-pièges créées pour détecter les spammeurs, et pour lesquelles on est sûr qu’elles ne sont abonnées à aucune liste de diffusion), mais aussi le taux de plainte des internautes (qui doit rester < 0,3 à 0,4%). 

Pour conserver ce bon score, voici quelques conseils de MailPerformance :

  • créer des contenus de mail respectant les normes, avec plusieurs images plutôt qu’une seule, sans abuser des feuilles de style et en respectant la structure du code (ex : bien fermer les balises).
  • soigner sa base de données, et mettre en œuvre tout ce qui est possible pour la garder « propre » : analyser les NPAI, purger les inactifs, conserver les informations sur l’abonnement (au cas où une preuve serait nécessaire…),  
  • gérer des campagnes dans les règles de l’art : identifier clairement l’expéditeur et l’objet, cibler les offres, utiliser des comptes différents pour l’acquisition (plus risquée) et la fidélisation, expliquer clairement dans le mail la raison de l’envoi et bien entendu proposer un lien de désabonnement. 
  • pensez aux astuces de e-marketing : demandez à vos abonnés d’ajouter votre adresse d’e-péditeur dans leur liste de contacts pour éviter le filtre anti-spam, soignez le sujet de votre e-mailing et testez-le en analysant les taux d’ouverture, choisissez une adresse d’expéditeur significative, analysez les retours pour corriger le tir et améliorer en permanence vos campagnes. 

Le site surinvitation.com (site de ventes privées de TF1) a mis en pratique pas mal de ces conseils lorsqu’il a commencé à réaliser ses campagnes sur MailPerformance : 

  • création de messages avec 50% d’images (au lieu de 100%) 
  • ajout d’un format texte 
  • changement des adresses d’expéditeur 
  • split testing sur les objets du mail 
  •  processus de désabonnement permettant au contact de rester abonné mais de choisir une fréquence d’e-mails moins élevée 
  • nettoyage des quelques 25% (!) de NPAI 
  • et suppression des adresses inactives (celles qui n’avaient ouvert aucun mail pendant 12 mois).

Résultat : les campagnes d’emailing de surinvitation.com atteignent un taux de délivrabilité variant entre 96 et 98%, un très bon score sur une base BtoC. Et la suppression des adresses inactives a fait économiser des coûts d’envois inutiles. 

Voici donc ce qui vous reste à faire : une bonne purge de vos bases. Un geste difficile, quand on connaît les efforts pour collecter ces adresses e-mail, mais si elles ne vous rapportent rien, aucun regret à avoir !

Une réflexion au sujet de « Emailing : pour améliorer votre délivrabilité, purgez vos bases ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s